Welcome
Who is Catullus?  Links
Catullus Forum   Search Translations
 

  Available Frisian translations:  
 
1 2 2b 3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 14b 15 16 17 21
22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
32 33 34 35 36 37 38 39 40 41
42 43 44 45 46 47 48 49 50 51
52 53 54 55 56 57 58 58b 59 60
61 62 63 64 65 66 67 68 69 70
71 72 73 74 75 76 77 78 78b 79
80 81 82 83 84 85 86 87 88 89
90 91 92 93 94 95 95b 96 97 98
99 100 101 102 103 104 105 106 107 108
109 110 111 112 113 114 115 116
 

  Available languages:  
 
Latin
Afrikaans   Albanian   Arabic
Brazilian Port.   Bulgarian   Castellano
Catalan   Chinese   Croatian
Czech   Danish   Dutch
English   Esperanto   Estonian
Finnish   French   Frisian
German   Greek   Gronings
Hebrew   Hindi   Hungarian
Interlingua   Irish   Italian
Japanese   Korean   Limburgs
Norwegian   Persian   Polish
Portuguese   Rioplatense   Romanian
Russian   Scanned   Serbian
Spanish   Swedish   Telugu
Turkish   Ukrainian   Vercellese
Welsh  
 

  Gaius Valerius Catullus     
About Me
Send a Reaction
Read Reactions
 

 
Catullus Forum

Main  ::  Translations - all  ::  On the French Translation (Carmen 5)

<<  •  >>

AuthorMessage
Guest
Posted on Tue Jan 30, 2007 22:48:25  
I'm afraid the French translation by Will Holmgren is somewhat unreliable. It certainly contains certain errors of grammar. For instance, "de crainte que nous sachons" should read "sachions" (subjonctif, présent). "Sachons": présent de l´indicatif.

Idiomatically, furthermore, "estimer à un centime" has very little meaning in French. Nor is "quand nous aurons fait beaucoup de milliers" especially stylish. The last vers certainly seems odd to my ear.

I suggest the following translation by Maurice Rat (1931), by far one of the very best.

Vivons, ma Lesbie, et aimons-nous ; et moquons-nous comme d'un as des murmures de la vieillesse morose. Le soleil peut mourir et renaître ; [5] nous, lorsqu'une fois est morte la flamme brève de la vie, il nous faut tous dormir dans la nuit éternelle. Donne-moi mille baisers, et puis cent ; puis mille autres, et puis cent ; puis encore mille autres, et puis cent ; [10] puis, après des milliers de baisers, nous en brouillerons le compte pour ne plus le savoir et pour qu'un méchant ne puisse nous jeter un sort en sachant lui aussi le compte de nos baisers!
fok
Posted at Wed May 16, 2007 18:28:17  Quote
The great Renaissance poet Du Bellay's translation/adaptation in sonnet:

Vivons, Gordes, vivons, vivons, et pour le bruit
Des vieillards ne laissons à faire bonne chère :
Vivons, puisque la vie est si courte et si chère,
Et que même les rois n’en ont que l’usufruit.

Le jour s’éteint au soir, et au matin reluit,
Et les saisons refont leur course coutumière :
Mais quand l’homme a perdu cette douce lumière,
La mort lui fait dormir une éternelle nuit.

Donc imiterons-nous le vivre d’une bête ?
Non, mais devers le ciel levant toujours la tête,
Goûterons quelquefois la douceur du plaisir.

Celui vraiment est fol, qui changeant l’assurance
Du bien qui est présent en douteuse espérance,
Veut toujours contredire à son propre désir.

http://www.florilege.free.fr/recueil/du_bellay-les_regrets.html
fokwh@friends.lib.hku.hk
or
frenchmarkets@gmail.com
 


  � copyright 1995-2010 by Rudy Negenborn
   Nedstat